↑ Retour à DUO BIENABE LEFEUVRE

La presse – duo Bienabe -Lefeuvre

 

 

Pascal Lefeuvre et Thomas Bienabe ont joué mercredi dernier dans le cadre du cycle

« Musique du XX ème siècle de Cajastur.

P. Lefeuvre considéré comme un des viellistes les plus importants du moment, est un interprète virtuose qui développe un intéressant et méritoire travail de compositeur, arrangeur et enseignant. Pour les jeunes générations, qui évoluent dans la sphère de la musique traditionnelle, c’est un maître peu conventionnel chez qui rivalisent d’intéressantes contradictions.

Expérimentateur incorrigible, P. Lefeuvre a dépassé la rigueur et l‘archaïsme du répertoire médiéval, et, soutient que son instrument est capable de s’adapter aux circonstances les plus diverses. Ses théories sont démontrées par une discographie étonnement hétérogène qui réunit, pièces Araboa-Andalouses, danses latines, chansons brésiliennes, danses françaises, musiques classiques, contemporaines et jazz.

P. Lefeuvre est venu à Oviedo accompagné du mandoliniste et luthiste Thomas Bienabe, musicien d’une technique irréprochable, peu enclin cependant aux démonstrations simplistes. On peut dire qu’ils défendent le concept de liberté et d’improvisation, au-delà de la forme et de la dévotion fébrile.

Convaincu de ce que le jazz sera l’unique musique du XXéme siècle qui résistera au passage du temps, ils décidèrent d’ouvrir le concert avec une curieuse version du thème « Armando’s Rumba » de Chik Corea. Le public secoué par l’adaptation d’un thème latin, supposé inabordable pour la vielle et la mandoline, du se résoudre à létrangeté de cette soirée. Linsolites était transformé en habituel, le scepticisme laissa place à lapprobation; de létonnement à la satisfaction. Loriginalité et lhétérodoxie furent  la couleur  de ce challenge innovant dans lequel on a écouté et apprécié des titres aussi divers que « Palenche » une mélodie traditionnelle de Martinique, « Mitli Mitlac » de Sami Bordokan, « Indifférence » une valse parisienne de Tony Murena, « Alfonsina y el mar » de Luna y Ramirez, « Bolu aussi et Bolu Karsilmani » de P. Lefeuvre, ainsi qu’une composition du brésilien Carlinhos Antunes.

Musiques pour le plaisir, faites par des jongleurs urbains et cosmopolites.

Marian Pidal « El comercio » 17/11/2006