↑ Retour à ENSEMBLE TRE FONTANE

Cant del còr

Cant del còr

minessanger 10Catherine Joussellin : chant, vièle à archet
Maurice Moncozet : chant, rebec, flûtes
Pascal Lefeuvre : vielle à roue
Thomas Bienabe : oud

Création 2016

Le Trobar naît dans l’Aquitaine médiévale, avec le premier troubadour connu Guillaume IX, duc d’Aquitaine et comte de Poitiers.

Comme une longue vague, il gagnera les rives du Limousin et de la Dordogne. Il connaîtra son âge d’or dans le midi et passera les frontières.

Le Trobar est une révolution poétique. Il s’éloigne du répertoire religieux, abandonne le latin au profit de la langue d’oc, il nous amène dans l’univers du désir, de la jeunesse, de la joie, de l’amour. Il porte une autre vision de la femme, Dame que l’on chante et que l’on doit charmer par ses vers et non plus conquérir par la force.

Cette révolution culturelle aura un succès fulgurant. Les cansos nées de l’union d’amour et de poésie voyageront avec les troubadours dans les cours européennes et influenceront leurs poètes.

En Aragon, en Italie, ils écriront même en langue d’Oc.

« L’essor de la lyrique des troubadours s’inscrit dans la création de la lyrique européenne en langue vulgaire. Rayonnant dans toutes les directions, dans les terres d’idiome roman comme dans les pays germaniques… » Edoardo Vallet – Les Troubadours in Revue Europe 2008

Avec ce programme « Cant del Còr » où se répondent cansos occitanes et chansons d’ailleurs l’ensemble Tre Fontane dessine une géographie poétique, réseau tissé d’affinités et même de relations personnelles, d’échanges, influences, emprunts ou imitations dont les chansons ont gardé l’empreinte.

En Allemagne, le poète Dietmar V. Eist reprend pour sa chanson «Der winter waere» la mélodie de «Quan vei la lauzeta » de Bernard de Ventadour. Le poète Walther von der Vogelweide avec sa chanson magnifiquement simple «Under  der Linden » nous fait irrésistiblement penser à Jaufre Rudel.

Dans le nord de l’Espagne, chez les troubadours gallego-portugais, nous avons choisi trois cantigas de amigos, et la canso de Don Dinis, «Proençaes soen mui bem trobar», où il se gausse de ces provençaux qui savent si bien chanter, mais ne composent qu’au temps des fleurs, mais pas l’hiver !

Bien entendu, leurs  voisins immédiats du nord de la France, les trouvères seront aussi présents, « Je chevauchoie l’autrier » de Moniot de Paris, ainsi que des motets du Manuscrit de Montpellier.

minessanger 15Comment ne pas penser à l’Italie, où, dans sa Divine Comédie, Dante évoque à plusieurs reprises les troubadours. Nous présenterons de Lanfranc Cigala le génois, qui est leur héritier direct et un des plus connus, son partimen avec Na Guillelma.

Chants d’amour, chants du coeur, chants du désir, chants de la joie d’aimer, chants de douleur, sont les clés et les couleurs de ce programme : ils ont été l’essence de ce mouvement poétique qui illumina l’Europe pendant trois siècles.