Revenir à Archives stages

Stage musiques polyphoniques

Stage « Polyphonies Anciennes »

Sur le modèle décrit ci dessous, nous pouvons l’adapter aux situations diverses et variées qui nous sont proposées…

c’était le dimanche 30 mars 2014

« Un Dimanche au Château » – Cenon – Gironde

Un stage « découverte et pratique »

L’école de musique de Cenon, les associations Carma et Polifonia vous proposent de venir découvrir et pratiquer l’univers des  « Polyphonies Anciennes » – du Moyen-âge à la Renaissance, avec les Ensemble Tre Fontane et Polifonia et leurs invités.

Chanteurs, Musiciens de tous niveaux, tous instruments anciens et modernes et de tous âges bienvenus !

Le stage se conclura par un mini concert des stagiaires encadrés par les artistes.

Les ateliers du matin :

Atelier Chant : « polyphonies médiévales »
avec Catherine Joussellin

Guillaume de Machaut, extraits des Ms de Las Huelgas, Bamberg, Montpellier…
Motets et chansons de 2 à 4 voix. – 13è, 14è et 15è siècles

Atelier Chant : « polyphonies de la Renaissance »
 avec Eliane Lavail & Bernard Causse

Atelier Orchestre : Instruments à cordes
pincées,  frottées, frappées…vielle à roue, percussions.
avec Pascal Lefeuvre & Thomas Bienabe

Atelier Orchestre Renaissance : Instruments à vent
& embouchure(s)… flûtes, cornet à bouquin… avec Jean Goujon

Embellir la polyphonie avec Diego ORTIZ et son Tradado de glosas…
(Roma, 1553), la pratique des diminutions et autres improvisations sur les chansons, ricercare …

Atelier Orchestre Moyen-âge : Instruments à vent
flûtes & anches…  avec Hervé Berteaux

Session en tutti l’après-midi

– Autour de pièces choisies les ateliers travailleront sur ces pièces le matin et se retrouveront l’après-midi pour réaliser un grand orchestre inédit !
– Les ateliers d’orchestre étudieront les pièces des ateliers vocaux, et, si le temps nous le permet, des propositions instrumentales.

Attention : il ne s’agit pas d’un stage de technique pure, mais de répertoire, style, orchestre, interprétation.

– le programme
10 – 11h : présentation, démonstration, explications…
11 – 13h : travail en atelier autour de 4 pièces ou plus…
13 – 14h….. repas… pris en commun, « sorti du panier »
14h30 – 16h30 : session en tutti ou ateliers séparés selon les cas.
17h restitution publique au chateau Palmer (OCAC) Cenon,
avec mini concert

– les tarifs :
– Enfants jusqu’à 15 ans : 15€
– Adultes (+ 15 ans) : 30€
– adhérents OCAC, Polifonia, CARMA : 25€

repas du dimanche midi « sorti du panier » (chacun amène son casse-croûte dans une ambiance de partage)

le lieu du stage : Ecole de Musique de Cenon – Château Tranchère Allée Simone Bouluguet – 33150 Cenon

– Concert : Centre Culturel-Château Palmer – Office Culturel et d’Animation de Cenon – Rue Aristide Briand
33150 Cenon
Renseignements et réservations : Tel : 05 56 86 38 43 – 06 84 53 08 05

Bulletin d’inscription en ligne

L’affiche du stage

documentation avec bulletin d’inscription papier

Les partitions qui seront étudiées :
Format pdf

Atelier de jean Goujon
– ortiz-ricercare 4vx
ortiz-dim&gammes
Atelier Jean Goujon présentation
josquin-mille regretz-diminutions

Atelier de Eliane Lavail/Bernard Causse
Il est bel et bon – Pierre Passerau (1509? – 1547?)
– La nuit froide et sombre Joachim du Bellay  (1522-1560) –  Rolland de Lassus (1532-1594)
– Mille regretz – Josquin Desprez (1440? -1521?)

Atelier de Pascal Lefeuvre
Bransles de Bourgogne
Bransles de Bourgogne suite

Puisqu’en oubli – Guillaume de Machaut 14è
– Mout sui 
– Guillaume de Machaut 14è
Ecco la primavera– Francesco Landini 14è

Atelier de Catherine Joussellin
les premières pièces de chaque groupe sont les plus faciles. Vous pouvez travailler la première de chaque groupe, et ensuite les autres au choix en fonction de vos possibilités.

Gaudens in Domino – Ms de Munich 13è
– Alle psalite cum luya – Codex Montpellier 13è
Verbum caro – Cancionero de Uppsala 15è
————————————————————
Puisqu’en oubli – Guillaume de Machaut 14è
– Mout sui  – Guillaume de Machaut 14è
– Je sui aussi – Guillaume de Machaut 14è
————————————————————
Perla mya cara – Chansonnier de Montchenu 15è
Ecco la primavera – Francesco Landini 14è
– O felix templum – Johannes Ciconia 14è
————————————————————
– Filles à marier – Gilles Binchois 15è
– Par droit je puis 1 – Guillaume Dufay 15è
Par droit 2

Atelier de Hervé Berteaux
Or es baiars – Adam-de-la-Halle 13è
Ductie 01 – Anonyme 13è
Pastime – Henri VIII 16è
Motet 143 – Codex Montpellier 13/14è
– Alle psalite cum luya – Codex Montpellier 13è
Bransles de Bourgogne
Bransles de Bourgogne suite
Ecco la primavera Francesco Landini 14è

Format midi
ortiz-ricercare4vx-ortiz-ricercare
– Je sui aussi
– moult sui
– il est bel et bon
la nuit froide et sombre
Mille regretz
Bransles de Bourgogne
Bransles de Bourgogne suite
alle psalite
de cuer je soupire
– puisqu’en oubli
gaudens in domino
– verbum caro
– ecco la primavera
perla mya cara
Files a marier
Or es baiars
Ductie-01
– Pastime
– Motet 143

 

Format mp3
– je suis aussi
– moult sui
– Bransles de Bourgogne
– Bransles de Bourgogne suite

– il es bel et bon il est bel et bon
– la nuit froide et sombre la nuit froide et sombre
– mille regretz Mille regretz
– alle psalite cum luya  alle psalite
– de cuer je soupire  de cuer je soupire
– puisqu’en oubli  puisqu’en oubli
– gaudens in domino  gaudens in domino
– verbum caro  verbum caro
– ecco la primavera  ecco la primavera
– perla mya cara   perla mya cara
– Files a marier   Files a marier
– Or es baiars  or es baiars
– Ductie-01  ductie 1
– Pastime  pastime
– Motet 143 –  Motet 143

Catherine Joussellin

Après un diplôme de musicologie obtenu à l’Université de Paris VIII, Catherine Joussellin intègre le Chœur de la Chapelle Royale que dirige Philippe Herreweghe. Elle étudie la viole de gambe avec Christophe Coin et Christine Plubeau ; elle travaille le chant avec Christiane Patard et obtient, à l’unanimité, un 1er Prix de Chant au CNSR de Paris. Elle chante sous la direction de G. Leonhardt, R. Clementic, S. Kuijken, P. Eötvös, M. Minkowski ou P . van Nevel, avec lesquels elle participe à de nombreux festivals et tournées, tant en France qu’à l’étranger. Comme membre de la Boston Camerata et des ensembles Gilles Binchois, Doulce Mémoire, A Sei Voci, Les jeunes solistes ou encore Huelgas ensemble, elle effectue de nombreux enregistrements. Elle participe également à la création des ensembles Discantus et Alla francesca….
Pour en savoir plus sur Catherine Joussellin

 

Eliane Lavail

Directrice artistique de l’association Polifonia et directrice musicale des quatre groupes, Madrigal de Bordeaux, Ensemble Vocal d’Aquitaine, Orchestre Aquitaine-Hauts de Garonne, Chœur Symphonique Polifonia, elle a toujours eu le souci de proposer aux amateurs des exigences musicales professionnelles, et de demander aux professionnels de garder leur enthousiasme d’amateur. Les deux mondes peuvent alors se rencontrer harmonieusement. Ses activités professionnelles au niveau international ne l’empêchent pas de garder le contact avec les amateurs girondins et aquitains…
Pour en savoir plus sur Eliane Lavail

Bernard Causse

Agrégé de mathématiques, professeur en CPGE, et diplômé du Conservatoire d’Angoulême (classe de chant d’Henriette Chrysostome), ses expériences conjuguées de l’enseignement des mathématiques et du chant le conduisent à penser que le mathématicien a autant besoin de fonder sa démarche sur des considérations artistiques que le musicien sur une approche d’une rigueur scientifique.

Convaincu de l’intérêt de toutes les pratiques vocales, individuelles ou collectives, amateurs ou professionnelles, pourvu qu’elles soient sous-tendues par un désir vrai de qualité musicale, son parcours atypique le conduit à se produire aussi bien en amateur avec l’Ensemble Vocal d’Aquitaine qu’en professionnel avec le Madrigal de Bordeaux, ou en soliste vocal, le plus souvent sous la direction d’Éliane Lavail dont il est le compagnon depuis plus de vingt cinq ans. C’est ainsi qu’il a abordé de très nombreux répertoires allant de l’époque baroque à la musique du XXème siècle.
Pour en savoir plus sur Bernard Causse


Avec l’ENSEMBLE TRE FONTANE, Pascal Lefeuvre & Thomas Bienabe se consacrent à l’interprétation et à la diffusion de l’art du « trobar »: art de trouver la poésie, la musique et de l’art du « joglar »: art de jouer, art des musiciens, colporteurs de l’oeuvre des troubadours et créateurs de musiques à écouter ou à danser ; les estampies par exemple,  ou la période d’Al Andalus, Âge d’or, qui inspire et marque la pensée future : depuis l’œuvre des troubadours, trouvères, minnesangers jusqu’a la Renaissance et bien au délà… Pour en savoir plus sur Tre Fontane – Avec d’autres formations comme le VIELLISTIC ORCHESTRA – …
Pour en savoir plus sur
Pascal Lefeuvre

Pour en savoir plus sur Thomas Bienabe

 

Jean Goujon

Enseigne la flûte à bec au Conservatoire Municipal de Libourne et fonde l’ensemble
vocal et instrumental APERTURA en 1990 pour jouer de la musique de la renaissance. Il dirige
l’Ensemble Choral de Libourne depuis 1977, chorale au répertoire varié, avec ou sans instrument.
Depuis 2012 appartient à l’ensemble Touche&Sonne, trio clavecin(Anne-Laure Ménard)-
violon(Bernard Milon)-flûte à bec (ou cornet à bouquin) qui joue de la musique du XVIIème siècle.
Pour en savoir plus sur Jean Goujon

Hervé Berteaux

Passionné par le Moyen Âge en particulier et par l’histoire en général, Hervé Berteaux consacre son temps à la recherche et à la connaissance des patrimoines, qu’ils soient visibles : châteaux, édifices religieux…, qu’ils soient discrets ou secrets : manuscrits médiévaux, ou qu’ils proviennent de la transmission orale.
À la fois musicien pratiquant les instruments médiévaux à vent, récitant, conteur, écrivain et photographe, il retire de ses cueillettes, matière à partage et à inspiration pour des spectacles où textes et musique s’entremêlent, pour des livres et des publications, pour des  conférences et causeries qui le mènent par monts et par vaux, bien au-delà des terres de France et de Navarre.
Selon Hervé Berteaux, la moindre mélodie médiévale est plus qu’un seul alignement de notes, elle est avant tout un récit chargé d’émotions et de sens qu’il convient d’incarner musicalement pour en partager toute la richesse. C’est donc logiquement qu’il pratique la flûte à bec en raison de sa proximité avec la voix et le souffle humains.
Directeur artistique de la Compagnie Médiévale depuis 1985, Hervé Berteaux n’hésite pas à élargir ses horizons artistiques en collaborant avec des ensembles tels que Tre Fontane avec qui il a enregistré trois CD et qu’il retrouve à Cenon pour son plus grand plaisir.
Plus d’infos sur Hervé Berteaux

www.zumeurs.net
www.compagniemedievale.fr
www.facebook.com/herve.berteaux

 Quelques témoignages de participants, stagiaires….

Pour ma part, je me suis vraiment fait plaisir vocalement tellement je me sent bien dans ce type de répertoire …j’ai apprécié la qualité de l’enseignement .
Merci  – Corinne
Je vous remercie de ce stage de Dimanche à Cenon , de votre accueil chaleureux, de la bonne organisation du stage, de la gentillesse , de l’exigence et du professionnalisme des musiciens professionnels qui nous encadraient et qui nous ont permis de mettre au point en quelques heures les oeuvres déchiffrées à la maison et chantées et jouées ensemble , alors que la plupart ne connaissaient pas au début de la journée.
(J’ai eu le plaisir de retrouver quelques choristes de mon choeur habituel Pro Musica qui sont venus soit en tant que choristes, soit en temps que flûtistes.)
Certes , tout n’était pas parfait , bien sûr (ça ne l’est jamais, d’ailleurs !) mais chacun(e) de nous a « joué le jeu » et essayé de mettre le meilleur …sans inhibition…sans peur d’être « jugé » en cas de défaillance, bref ,  avec enthousiasme et plaisir .
J’ai découvert la musique médiévale à l’âge de 15 ans à l’occasion d’un concert à Poitiers .
J’ai vécu à Poitiers, entre la rue Guillaume le Troubadour et le palais des comtes du Poitou, dans le quartier médiéval , écouté et chanté seule à la maison des chansons médiévales, lu des livres sur le Moyen Âge , de la poésie (Jaufre Rudel, Christine de Pisan…),admiré des gravures et enluminures , l’art roman, etc…j’habite actuellement près de Ste Foy la Grande , bastide médiévale, alors évidemment, ce stage m’a ravie et je ne demande qu’à rechanter de la musique médiévale à nouveau dans un prochain stage d’une ou plusieurs journées si cela se fait (ce qui permet d’approfondir les oeuvres et de travailler un répertoire plus étendu pour un moment musical de fin de stage encore meilleur  …à Cenon ou ailleurs…
Encore merci à toutes et à tous,  Christine
Stage agréable, permettant de rencontrer d’autres personnes.  Tout un art de devoir se produire le jour même de l’étude… Mais ainsi , la musique reste un plaisir  même si ce n’est pas parfait.
Cécile
bonjour,

j’étais dans le stage de musique médiévale avec Catherine Jousselin.
J’ai bien apprécié cette journée de stage et la direction de choeur de Catherine. C’était agréable de faire la restitution avec des instruments et pas seulement a cappella.
Je n’avais pas eu le temps de beaucoup travailler les morceaux avant le stage , juste quatre chants qui n’ont pas tous été chantés. Bien que n’étant pas lectrice, j’ai été contente de pouvoir déchiffrer les chants nouveaux assez rapidement pour pouvoir les chanter en fin d’après-midi.
J’espère qu’il y aura d’autres projets de cet ordre, c’est toujours intéressant de connaître de nouveaux choristes et de nouveaux chefs de choeur et bien sûr de nouveaux répertoires.
Merci pour cette belle journée musicale
Bien cordialement – Françoise
Bonjour à tous,
Participante au stage de chant médiéval qui était très sympa, j’ai néanmoins regretté une organisation insuffisante.
Je m’explique : pour pouvoir effectuer une préparation personnelle efficace, j’aurais aimé qu’on nous indique précisément lors de l’inscription sur le site quels morceaux seraient étudiés le jour du stage; il était difficilement possible pour des non lecteurs d’apprendre la totalité des 12 chants médiévaux figurant sur le site, et la durée très réduite du stage supposait un déchiffrage personnel préalable à l’assemblage des voix des différents pupitres et du chœur avec les instruments.

Personnellement j’avais préparé 4 morceaux, on en a chanté 6, j’aurais pu préparer 2 chants supplémentaires si une liste avait été arrêtée.

Cordialement
Blanche
Bonjour à tous,

Le stage a été très agréable et nous (Nicole, ma mère et moi) a fait voyager le temps d’une journée. Nous étions avec Catherine en chant médiéval et avions révisé les trois premiers chants de chaque sections comme indiqué lors de notre inscription. Nous avons appris tout le reste sur le tard ! Effectivement pour des non lecteurs c’était un peu rapide mais le nombre de choristes dans chaque pupitres et le choix des mélodies entêtantes  ont pallié à cet inconvénient. Nous sommes prêtes à recommencer avec plaisir !
Vivement la suite ! – Bénédicte et Nicole
Bonjour
Tout d’abord merci (au nom de mon mari Eric Mahieu et moi-même) pour cette journée musicale à l’ambiance très sympathique
Nous avions choisi le stage de polyphonies médiévales
Nous avons beaucoup apprécié la gentillesse de Catherine Jousselin, sa compétence, son humour sous-jacent
Nous avons par contre été un peu déçus sur 2 plans :
                       La place des partitions mises en ligne ; pour les hommes, par exemple il était impossible de savoir quoi apprendre (une voix, et laquelle, ou une ligne instrumentale et avec quelles paroles éventuellement ?)
                               Les mots mêmes de tenore et contre tenore, nous étaient inconnus (et donc non compréhensibles) dans ce contexte
                           Il était évident que nous ne pourrions pas travailler en groupe 12 partitions en 4h maximum de stage
                               Ne vaudrait- il pas mieux faire un choix plus précis, pour que les stagiaires travaillent mieux, un nombre plus restreint de partitions (même si nous comprenons bien que certains choix ne peuvent se faire qu’après connaissance des voix présentes, des instrumentistes inscrits en stage…)…
 
                      Nous aurions aimé apprendre plus de choses théoriques sur la place de la polyphonie au Moyen Age
                               Ne peut- il pas y avoir un moment, dans la journée, pour une mini conférence sur ce thème
                               Nous venions de monter des extraits des Carmina Burana avec des instrumentistes du Concert dans l’Oeuf, et nous aurions aimé comprendre comment, au fil des siècles, on est passé des neumes à une écriture verticale.
                               Enfin, nous avons été un peu frustrés, alors qu’il restait du temps , de ne pas travailler plus longuement le « filles à marier » même si nous savions qu’il ne serait pas prêt pour le mini concert
                               Il me semble que cette pièce représentait un autre type de montage polyphonique, et que cela pouvait être intéressant
Au total bien sûr,  une très bonne journée
Convivialité, rencontres diverses… et plaisir musical
Merci à tous – Marie Andrée
 
Je m’associe à Marie-Andrée dans ce qu’elle dit. J’ai beaucoup apprécié cette journée, pour la compétence de Catherine Jousselin et la connaissance qu’elle a de ces répertoires, pour les rencontres avec les autres chanteurs et avec les instrumentistes, mais je ne suis pas très satisfait de ma prestation plus qu’imparfaite au moment du petit concert. J’ai bien compris que le but était une simple restitution publique, mais je me fixe habituellement plus d’exigence de qualité en concert.  N’étant pas instrumentiste, il me faut souvent plus de temps pour que l’interprétation d’une œuvre mûrisse, et je regrette de ne pas avoir eu ce temps. Cela est dû non seulement au fait qu’on se soit « dispersé » en déchiffrant les pièces à l’avance, puisqu’on ne savait pas ce qu’on allait chanter réellement, mais aussi à la non maîtrise du déroulé de l’œuvre (ABBA, AABBAA, etc… il faut suivre !).
Merci encore – Eric
une précision pour Chistine:l’atelier d’instruments à cordes animé par Pascal:il est le seul pro.Les participants stagiaires sont des élèves de sa classe de viellistes et ..autres.Pour avoir commencé tard j’étudie encore en EM et accompagner des chanteurs une toute première expérience ….interressante et dansante, merci Laurence: un réel plaisir!
Jouant deux instruments j’ai choisi l’atelier cordes car je n’avais pas encore eu l ‘occasion d’aborder la musique ancienne en stage.D’abord surprise en arrivant:je ne m’attendais pas à un ensemble de viellistes…..habituée à d’autres cordes,violons altos…..ce fut une belle découverte:des instruments uniques de par leur lutherie d’art et sonorité propre comme le timbre de chaque voix…..Et un échange humain très sympathique!!!!
Pour la préparation:le fait de recevoir les partitions très en avance nous a permis de les déchiffrer et d’installer un geste .quel que soit l’instrument corps en chant, archet et doigtés pour les cordes. Cela est nécessaire pour le partage des pièces en atelier le jour du stage.(Je comprends la difficulté de choix dans le travail pour les chanteurs: liste assez longue).Nous n’avons pas eu cet embarras.
Pour moi juste une  difficulté avec l’organisation abba,à force de tourner je ne savais plus où j’en étais, mais cela fait partie des nouveautés qu’apporte le stage( Merci pour votre patience messieurs)
A propos du choix des morceaux:Guillaume de Machaut!!!! une réelle découverte pour moi: un bel exemple de l’art du joglar plein d’invention (site  bien fait ).
Pour consoler certains d’entre vous qui désiraient produire plus de pièces au mini concert, nous avons également préparé deux danses: il ne nous manquaient que la construction alphabétique!…mais peut importe je suis d’accord avec Pascal c’est jouer et échanger pendant la préparation qui est plus importante ….et ne pas se mettre de pression:d’abord un partage musical dans le plaisir et ce fut réussi!
Le moment musical..peut être pas parfait mais après une petite journée de travail…très honorable et cela a permis à chacun apprécier les morceaux préparés et de découvrir les autres participants.(atelier de flûtes avec ornementations j’ai aimé).
Une journée riche et agréable que je réitérerai …si l’occasion se présente. Marie Brigitte
Ps; si vous avez un moment: allez surfer sur le site de albacarma ,personnellement j’y ai decouvert l’art de la variation avec des créations surprenantes riches en couleur, invention …de beaux voyages dans le son!!!
En lisant les réponses des uns et des autres, je redis avec tous que j’ai beaucoup aimé la journée de stage de Dimanche 30.03.2014 .

J’ai bien noté les différentes remarques et apporte quelques-unes des miennes:
Quand j’ai déchiffré à la maison les partitions proposées pour le stage de musique médiévale , j’ai noté que Catherine Jousselin avait précisé de travailler les 4 premières oeuvres de chaque groupe d’oeuvres proposées et plus si possible (en fonction du temps , de la facilité à déchiffrer, etc…)
C’est vrai que beaucoup d’entre nous (dont moi) ne savaient pas ce que signifiait tenor(e), contratenor(e), mais en voyant que certaines lignes étaient en clé de fa (donc pour les basses et barytons) en clé de sol avec le petit 8 en dessous qui indique que l’on lit à l’octave en dessous (cf ténor dans la musique plus tardive dont nous avons plus l’habitude), et en voyant que les parties en clés de sol ne montaient pas très haut (sauf pour O Felix templum où il y a les fa aigus que je ne peux atteindre et qui sont plus pour les soprani…), j’en ai déduit que je pouvais choisir l’une au l’autre des « lignes » en clé de sol et en fait , j’ai déchiffré souvent 2 ou même3 voix (dans Gaudens in Domino, Alle psallite , Filles à marier..par exemple )
Ceci n’est sans doute pas possible si on manque de temps et/ou si l’on n’est pas lecteur.
Pour un prochain éventuel stage, je propose mon aide à ceux qui le peuvent et le souhaitent pour déchiffrer chez moi avant le stage (je suis à la retraite, je lis en clé de sol et fa 4°, et j’ai un piano qui aide bien pour le déchiffrage )
 A bon entendeur salut ! j’habite entre Montpon et Ste Foy la grande, à quelques kms de la sortie d’autoroute Bx- Périgueux
Par ailleurs, j’avais écouté sur You tube plusieurs des oeuvres que nous allions chanter , ce qui m’a permis de m’imprégner
de l’atmosphère médiévale et d’enregistrer un peu les mélodies ,en plus des aides proposées sur le site albacarma (même si ce n’est pas voix par voix)   . Je vous le conseille donc…
J’avais également regardé sur le site la liste des oeuvres prévues pour les instrumentistes et donc noté les oeuvres que nous chanterions avec les instruments (par ex. Puisqu’en oubli, Alle psallite cum luya, Ecco la primavera ..)
Sur le fait que nous ne savions pas exactement ce que nous allions effectivement chanter au concert, je suppose que Catherine Jousselin se réservait de voir ce que nous arriverions le mieux à chanter en quelques heures de travail et donc cela ne pouvait pas se décider avant le stage …Merci à elle pour le travail qu’elle nous a fait faire, en nous stimulant bien ..
Pour la remarque sur le chant : » Filles à marier « , je suis d’accord avec ce qui a été dit par Eric, mais le fait que le temps qui restait ait été un temps de « latence » n’était pas mal non plus pour reposer un peu les voix. Peut-être ce serait bien de le chanter lors d’un prochain stage ?
Au total, ce fut pour moi (et sans doute pour tous )une journée très agréable à tous points de vue , avec le plaisir de découvrir des musiciens professionnels
et de rencontrer des choristes de son choeur (certaines) »devenus » flutistes, des choristes d’autres choeurs (connus ou non)
                                         Amicalement à tous, Christine

Merci pour votre accueil chaleureux et un merci particulier à Catherine Jousselin pour sa sérénité et sa simplicité.

J’ai apprécié également d’avoir pu prendre mon repas au chaud dans le restaurant à côté de notre lieu de stage.

A propos du stage:

– Pour un bon travail de préparation, il serait bon de bien déterminer les morceaux qui sont communs aux chanteurs et aux musiciens afin de parfaire le mini concert en fin de journée.

– Cerise sur le gâteau pour une néophyte comme moi…mettre en ligne les chants à apprendre avec chaque voix qui lui correspond (Soprane, Alti etc.,)

Bien cordialement.

Christine


 

Nos partenaires :